Communion de prière pour la Vie : "Jésus, Marie, protégez la vie " ! (ou toute autre prière à Dieu)

Pour vous inscrire, cliquez ici ! Nombre de priants : 4 354


 

Nous avons fait le choix de croire à la vie

par Alliance Vita, 15/12/2022

Chers amis,

Savez-vous que notre service SOS Fin de vie reçoit de plus en plus d’appels de personnes en souffrance psychique qui nous demandent, influencées par les revendications d’euthanasie et de suicide assisté, comment mettre fin à leurs jours ? Et savez-vous que, dès l’ouverture de la Convention citoyenne sur la fin de la vie, ce sont des partisans de l’euthanasie belge et du suicide assisté suisse qui ont été invités à s’y exprimer ? Ce débat n’est pas neutre car il vient bousculer un interdit fondateur de la vie en société. 

Une grande tentation suicidaire traverse notre société, marquée par un hédonisme désespéré. C’est d’autant plus triste que la lutte contre la douleur et les soins palliatifs ont fait d’énormes progrès. On parle « d’ultime liberté » mais, dans les pays qui ont légalisé l’euthanasie, le principal mobile évoqué est la peur de peser sur ses proches et la société. Allons-nous inciter les plus fragiles à l’auto-exclusion ?

Croire à la vie – et à la vie de tous – est le seul choix qui honore la justice et la vérité parce qu’il laisse à chacun sa chance de vivre, en donnant droit de cité à la vulnérabilité.

Le pouvoir en place, en décidant – dans un contexte sanitaire et social difficile – de reconsidérer le « cadre de la fin de vie », donne déjà l’impression d’avoir tranché … Pouvons-nous laisser s’imposer l’expression trompeuse « aide active à mourir » qui cache la levée de l’interdit de provoquer la mort ? Pouvons-nous laisser ce débat qu’on prétend « apaisé », dont la convention citoyenne serait le gage, sans mobiliser toutes nos forces ? Bien sûr que non ! ­

Grâce à notre expérience de l’aide aux personnes en fin de vie, nous savons que les derniers moments, malgré leurs difficultés, peuvent être paisibles quand le patient et ses proches sont soutenus et soulagés, accompagnés et protégés. Pour celui qui s’en va comme pour ceux qui restent, c’est ce qui permet de consentir à l’imprévisible d’une mort naturelle.

Chers amis, cette conviction étayée, je l’ai portée ces derniers jours, au nom d’Alliance VITA devant Agnès Firmin Le Bodo, ministre chargée de ce débat, puis devant l’équipe du Conseil économique social et environnemental qui nous recevait en amont de la convention citoyenne et devant les médias. Mais le débat ne fait que commencer.

Tugdual Derville 

Porte-parole d'Alliance VITA

Source : alliancevita.org