Communion de prière pour la Vie : "Jésus, Marie, protégez la vie " ! (ou toute autre prière à Dieu)

Pour vous inscrire, cliquez ici ! Nombre de priants : 4 207


On est en train de faire faire à la France un crime.

Tuer Vincent Lambert, c'est tuer un handicapé. C'est un crime.

Or, devant un crime, quiconque se tait est complice.

Il n'y a là aucune obéissance, civile ou religieuse, qui tienne. Couvrir un meurtre par le silence, c'est en être complice, c'est devenir meurtrier  par omission. Omission de porter secours... omission de protester, au nom de la conscience.

Car il s'agit ici d'un assassinat, commandité par l’État, par les trois pouvoirs : législatif, judiciaire, exécutif ! Le gouvernement, les juges, un hôpital... Tout cela au grand jour... Au nom de la France....!

Je ne me laisserai pas spolier de ma conscience, de ma parole, de ma responsabilité ! Avec Daniel "je suis innocent du sang de cet homme".

Et vous ?
Est-ce que nous faisons, maintenant, à l dernière heure, au moins, vraiment tout ce qui est en notre pouvoir ?

Si aujourd'hui, nous nous taisons, demain nos enfants, nos petits enfants, nous demanderont des comptes, comme devant tout crime de l'histoire : tu savais ! et tu n'as rien fait ?

La mise à mort de Vincent Lambert est programmée au moment même où nous commémorons le triste anniversaire du T4. Par ce programme, lancé en été 1939, les nazis ont tué plus de 100'000 handicapés. Le critère était la capacité de travail. Qui ne peut pas travailler doit être éliminé car improductif et coûtant cher.

Et nous y sommes. En cette heure décisive de notre histoire. Ces heures-là ont toujours l'air de rien. Peu se rendent compte du terminus du chemin où ils s'engagent. Par paresse de réfléchir. Par lâcheté de voir venir. Et de faire face.

Arrêtons de nous voiler la face ! L’État est en train de faire un crime. Un crime gravissime car contre celui qui est sans défense ! Contre celui, précisément, qu'il devrait protéger ! Et ce, au nom de la France !... Mais, qui peut supporter cela ?

Parlez ! Agissez ! Écrivez à vos élus, commentez sur internet, participez aux manifestations de soutien, trouvez mille et un moyens pour faire entendre que non, nous ne laisserons pas tuer Vincent Lambert !