Communion de prière pour la Vie : "Jésus, Marie, protégez la vie " ! (ou toute autre prière à Dieu)

Pour vous inscrire, cliquez ici ! Nombre de priants : 4 233


 

Ordonnance citoyenne

par Docteur Xavier Ducrocq, 20/05/2019, extrait

Ils ont parlé, ils ont tous parlé. Les médecins, les juges, les législateurs, les ministres, les médias. Ils ont tous parlé, même quand, manifestement, ils ne savaient pas ce qu’ils disaient, même quand ils désinformaient, même quand ils en prenaient à leur aise avec la vérité.

Mais nous, Français, nous n’avons pas pu donner, en pleine conscience, en possession d’une entière connaissance du dossier, et non de ce que l’on voulait nous en dire, notre opinion.

Pourtant, si Vincent devait mourir, nous en porterions tous le poids et la responsabilité. Notre silence nous ferait tous complices de ce crime. « Qui ne dit mot consent » dit la sagesse des Nations.

Vincent n’est pas un monstre, Vincent n’est pas un légume, Vincent n’est pas « en fin de vie ». Vincent est vivant. Vincent, handicapé, n’en reste pas moins, et peut-être même davantage en raison de sa faiblesse et de son dénuement, l’un des nôtres.

Le laisserons-nous mourir ? C’est à nous qu’il appartient, en dernier ressort, de dire si nous consentons ou non à l’indicible trahison de toutes nos valeurs, toute notre civilisation.

Demain, il sera trop tard. Pas seulement pour Vincent, mais pour chacun d’entre nous car ce choix fatal est de ceux sur lesquels l’on ne revient pas. Voulons-nous vraiment que d’autres, demain, au nom d’intérêts mystérieux, décident à notre place de notre vie, de notre mort, de celle de nos proches ? Il est encore temps de se poser la question. Encore temps de faire comprendre à ceux qui nous dirigent que personne ne choisira à notre place. À nous de voir comment faire entendre nos voix !

Source : valeursactuelles.com