Communion de prière pour la Vie : "Jésus, Marie, protégez la vie " ! (ou toute autre prière à Dieu)

Pour vous inscrire, cliquez ici ! Nombre de priants : 3 657


Il y a des euthanasies qui sont des crimes contre l'humanité

Question reçue :

Lorsque l'histoire jugera notre époque et les assassins d'innocents, les soignants qui tuent Vincent Lambert seront-ils condamnés pour crime contre l'humanité ?

Je dirais qu'il s'agit d’un Crime contre l'humanité dès lors qu'un être humain est victime de discrimination en raison d'un état sur lequel il n'a pas de prise.

Réponse par Christophore :

Il y a de fortes chances. En effet, cette question peut s'envisager sous cinq aspects :

La raison de tuer

Non pour soulager la souffrance (qui n'existe pas chez Vincent) mais pour des raisons économiques et politiques, voire idéologiques : créer un précédent pour pouvoir tuer en grand.

L'acteur du meurtre

Ce sont des soignants ayant pour vocation de soigner, de soulager, de coopérer à la vie, de soulager la souffrance et non de l'introduire là où elle n'existe pas.

La victime du meurtre

Il n'est pas demandeur de l'euthanasie, ne souffre pas, une partie de sa famille est prête à le prendre en charge, mais surtout c'est une personne incapable de se défendre et le doute doit profiter à la vie.

La manière de tuer

Elle est la plus cruelle qui soit : par la sédation, privation de la conscience de l’être humain face à la mort, conscience que la nature accorde même aux animaux. Cette sédation terminale est de soi dolorigène sur le plan psychique et introduit des cauchemars incontrôlables. La sédation empêche l'expression de la souffrance mais non pas sa perception. La privation de l'hydratation est la mort la plus douloureuse qui soit (cf nos nombreux articles à ce sujet sur ce site).

L'acte de tuer

Il entre dans un universel interdit, non seulement par les lois religieuses mais aussi par la loi naturelle défendant la survie de l'espèce. Même les animaux ne se tuent pas à l’intérieur d'une même espèce, sauf en cas de la défense de l'individu.
Tout au long de l'histoire, l'acte de tuer a été strictement codifié et toujours pour se défendre.
A une époque ou la peine de mort a été supprimée envers les coupables, les ennemis de la société, elle est réintroduite de manière hypocrite contre les innocents car ils sollicitent notre compassion.
Les criminels de guerre luttent contre toute compassion.