Communion de prière pour la Vie : "Jésus, Marie, protégez la vie " ! (ou toute autre prière à Dieu)

Pour vous inscrire, cliquez ici ! Nombre de priants : 3 884


 

"Dire du mal des autres, c'est trahir Jésus comme Judas"

Extraits de l'homélie du Pape François, Mercredi Saint, à Sainte-Marthe

par Anne Kurian, Zenit.org, 27/03/2013

Le pape François a comparé les commérages à la trahison de Judas, au cours de la messe de 7h, ce 27 mars, Mercredi Saint, en la chapelle de la Maison Sainte-Marthe, dans son homélie rapportée par Radio Vatican.

L'Evangile de ce jour rapporte la trahison de Judas, « l'un des douze, un des amis de Jésus, un de ceux qui lui étaient le plus proches », a fait observer le pape, pour 30 pièces d'argent (Matthieu 26,14-25).

Pour le Pape François, Jésus devient « comme une marchandise : il est vendu ». Et cela arrive « tant de fois aussi dans le marché de l'histoire ... dans le marché de notre vie, quand nous choisissons aussi les 30 deniers et laissons Jésus de côté, nous voyons le Seigneur qui est vendu », a-t-il poursuivi.

Le Pape est allé plus loin : « Parfois, avec nos frères, avec nos amis, entre nous, nous faisons quasiment la même chose », notamment « quand nous jasons les uns sur les autres ».

Pour le pape en effet, le commérage est aussi « vendre » et « la personne sur laquelle nous jasons est une marchandise, devient une marchandise: c'est ce que Judas a fait ».

« Je ne sais pas pourquoi, mais il y a une joie obscure dans le fait de commérer », a ajouté le pape, qui a fait remarquer « avec quelle facilité nous faisons cela » : « Parfois les conversations commencent par de bonnes paroles, et, à l'improviste, arrive le commérage.»

Le pape a comparé le fait de médire au fait d'« écorcher l'autre » : « Chaque fois que nous jasons, chaque fois que nous 'écorchons' l'autre, nous faisons la même chose que Judas », a-t-il insisté.

Dire du mal des autres, c'est trahir Jésus comme Judas. Or, Judas, lorsqu'il a trahi Jésus, « avait le coeur fermé, il n'avait pas de compréhension, il n'avait pas d'amour, il n'avait pas d'amitié », a-t-il estimé, en soulignant que pour l'homme qui cancane, tout devient marché : « Nous vendons nos amis, nos parents ».

Le Pape François a donc invité à « ne jamais dire du mal des autres personnes » : « Demandons pardon parce que nous le faisons à l'ami, mais aussi à Jésus, car Jésus est en cet ami, en cet amie. Et demandons la grâce de n''écorcher' personne, de ne jaser sur personne », a-t-il ajouté.

"Et si, a-t-il ajouté, nous nous apercevons que quelqu'un dit du mal de nous, ne rendons pas la justice avec notre langue, mais prions le Seigneur pour lui, en disant "Seigneur, aide-le!". »

Source : zenit.org