Communion de prière pour la Vie : "Jésus, Marie, protégez la vie " ! (ou toute autre prière à Dieu)

Pour vous inscrire, cliquez ici ! Nombre de priants : 3 757


 

L'Euthanasie :

une idéologie incohérente
une terminologie trompeuse
des paroles mensongères
des actes arbitraires

par Christophore

(1ère partie ici)

2ème partie

 

En fait, tout sera commandité au nom de la société, donc en votre nom à vous, personnellement . En effet, la société, à la différence de l'Etat, est un ensemble dont chaque membre est personnellement responsable.

Mais, quelles incohérences d'une société :

- qui encourage les recherches médicales mais qui empêche d'en profiter ceux qui en ont le plus besoin !

- qui vante les progrès mais pas "pour tous" : au-delà de tel âge, tels examens ou tels médicaments ne pourront plus être prescrits pour raisons économiques.

- qui a inventé le système de Couverture Maladie Universelle mais qui en exclut les plus malades donc, précisément, ceux pour qui une couverture maladie doit exister en priorité. Pour soigner un rhume, il n'y a guère besoin d'être assuré. En revanche, quand arrivent les maladies longues et coûteuses, c'est là que l'assurance maladie prend tout son sens. A moins que cette belle invention ne soit la montagne qui aura accouché d'une souris : notre belle Sécurité Sociale en serait réduite à financer pilule et IVG, éventuellement une appendicite et quelques fractures... Finies donc les listes des ALD ; si vous êtes hypertendus ou diabétiques et n'avez pas réussi à éviter les complications, vous commencez à coûter cher : exit !

Et vous, les médecins chercheurs, vous tous qui œuvrez pour les recherches médicales pour soulager les maladies orphelines ou au contraire celles qui affligent la majorité, qu'importe : déposez vos tabliers et rentrez chez vous ! Car voici qu'au moment où l'humanité atteint un sommet dans la conservation de l'état de santé de la population, brusquement l'individu, ou plutôt la personne humaine, ne vaut plus rien.Aussi, nous voici de retour aux sacrifices humains : les êtres les plus chers sont sacrifiés à la raison d'Etat de l'Argent.

Les soins trop coûteux pour des personnes âgées ? c'est fini maintenant ! qu'elles meurent - leur dit la belle société qu'on nous prépare. En votre nom !

Mensonges et incohérences d'une société qui parle des Droits de l'Homme mais, après lui avoir dénié le droit de vivre comme un homme, dénie à l'homme le droit de mourir comme un homme : il lui offre moins qu'à son chien pour qui il ferait tout pour le garder en vie.

Mensonge et incohérence d'une société qui s'émeut des menaces d'euthanasie pesant sur les éléphants de Lyon Baby et Népal, mais envoie se faire tuer des millions de ses semblables, ses proches et... soi-même comme il ne le ferait pas pour un animal de compagnie.

Mensonge et incohérence d'une société qui parle de Droits de l'Homme et de fin de vie digne mais qui ravale l'homme à l'état de marchandise jetable parce que devenu défectueuse.

«L'homme est travail», disait Marx. Le travail doit être rentable ? Ceux qui coûtent trop par rapport à leur production sont à jeter.

Mensonge et incohérence d'une société qui vit dans l'opulence matérielle mais le dénuement spirituel ! mais qui ne s'en aperçoit même plus car, du matériel, elle en veut toujours plus : à la Mammonolâtrie sont sacrifiés vivants et mourants.

Mensonge et incohérence d'une société qui dit vouloir l'amour et la compassion mais qui, sans aucune véritable compassion, coupe les liens d'amour au moment le plus crucial d'une vie, moment qui devrait être son sommet, son accomplissement : le moment de la mort.

Mais est-ce vraiment un choix de société ? est-ce le vôtre ? est-ce vous qui voulez que l'assurance pour laquelle vous avez cotisé toute votre vie de travailleur ne paie pas vos examens, ne paie pas vos retraites pour laquelle aussi vous avez cotisé ?

Car c'est un leurre de dire que vos retraites sont payées par la génération active.
Non : vos retraites, vous les avez déjà payées, vous les avez cumulées. Pour vous. La preuve : vous n'en bénéficiez qu'après tant d'années de travail et non point, comme ailleurs, en fonction de votre âge. Cela montre bien que c'est votre capitalisation au cours des années qui est la source véritable de vos retraites. Certes, vous l'avez prêté à l'Etat. Mais l'Etat l'a dépensé ! Et maintenant - alors que de l'argent, il y en a, il faut seulement le dépenser là où il y a besoin et pas ailleurs – ce même Etat vous culpabilise en pointant la génération d'après ?!

Mensonge et incohérence d'une société qui reproche de coûter à ceux qui lui ont, par les cotisations d'avance de toute une vie, payé d'avance ce qu'ils coûtent maintenant.

Mensonge et incohérence d'une société qui parle de compassion mais agit par égoïsme en vue du seul intérêt économique. Qu'est-ce autre que l'esclavage de la pire espèce ?

Mensonge et incohérence d'une société qui ouvre les frontières du pays mais ferme celles de la vie !

Mensonge et incohérence d'une société qui gaspille pour certains mais est pingre pour d'autres !

Mensonge et incohérence d'une société qui dit ne pas vouloir d'une «médecine à deux vitesses» mais qui l'instaure directement par sa pratique de « gare de triage » : les valides et les rentables d'un côté, les invalides, à éliminer immédiatement, de l'autre. Cela ne vous rappelle-t-il pas les moments les plus sombres du vingtième siècle ?

Oui, mensonge et incohérence d'une société qui condamne - et ô combien avec raison - les pratiques eugéniques et euthanasiques du nazisme mais, sans la moindre vergogne, et sans craindre le ridicule si ce n'était aussi tragique, reprend à son compte ses pratiques abominables.

C'est simple : la société - en votre nom ! - en vient peu à peu, et sous des dehors fallacieux, à l'élimination de tous ceux qui coûtent, qui ne sont pas rentables, qui consomment des soins sans produire parce qu'ayant déjà produit.

Oui, mensonge et incohérence d'une société qui veut des directives anticipées (des citoyens honnêtes ne connaissant pas le jargon législatif, qui peut-être croient qu'arrêter, débrancher, c'est cela, euthanasier, qui accepteront tout par peur de ces souffrances que vous leur faites voir d'avance, alors que toutes elles peuvent être soulagées) mais qui n'en tient aucun compte sauf si ces directives vont demander la mort à bas prix.

Mensonge et incohérence d'une société qui parle de liberté mais qui pousse les vieux par des manipulations, et les foules de malades consentants également par manipulations, à demander, et la société anesthésiée à accepter, ce meurtre.

Mensonge et incohérence d'une société qui ne craint pas de se taire quand elle voit tuer aux urgences ; laisser mourir dans des maisons de retraite ; plumer en résidences.

Oui, la vieillesse abandonnée accuse la jeunesse désœuvrée, livrée à elle-même et à ses instincts de destruction face à sa propre vie inutilisée et inutile. Car si la force des bras des jeunes désespérés soutenait les aînés, en échange ils recevraient d'eux un baume de tendresse, de sagesse et de bonté. Et aussi cette expérience de vie du grand âge qui ne demande qu'à la transmettre. La solidarité intergénérationelle n'est pas à inventer : elle est inscrite dans la nature par le Créateur. Il suffirait de la voir !

Mais, après avoir voulu arracher Dieu du cœur de l'homme, le péché tue l'homme lui-même et l'asservit à l'idole de toujours : Mammon.

Alors, décidément, cette civilisation occidentale, à force de se résigner à être finissante au point d'en devenir une anti-civilisation, n'a même plus la force et la dignité de craindre pour elle-même le jugement de l'histoire.

Elle devrait, pour autant, songer au Jugement de Dieu, qui lui, est inévitable.

«De la mesure dont vous vous servirez, on se servira pour vous.»


(3ème partie ici)