Communion de prière pour la Vie : "Jésus, Marie, protégez la vie " ! (ou toute autre prière à Dieu)

Pour vous inscrire, cliquez ici ! Nombre de priants : 3 945


 

Leonetti et le meurtre par la soif

Vivent les sociétés primitives ! Elles, au moins, respectent les vieux. Elles, au moins, les entourent. Elles, au moins, ne discutent pas pour se débarrasser de leurs handicapés.

Dans nos sociétés dites civilisées, on discute indéfiniment pour refaire ce que nos aînés ont encore condamné dans la dictature nazie. Car c'est bien ce que vous voulez faire aujourd'hui, non ? ! Eux faisaient déjà ce que vous voulez maintenant ? mourir et faire mourir "dans la dignité" des vies qui - d'après certains - ne valent pas la peine de continuer !

Condamner à mourir de faim et de soif, c'est le bunker de la faim (et de la soif) d'Auschwitz (sauf que c'est pire parce que vous ôtez, vous-même, le droit de parler, de chanter des cantiques religieux, de se confesser au Père Kolbe comme faisaient ces malheureux), c'est aussi l' Holodomore de l'Ukraine sous Staline !

Vous condamnez Hitler et Staline ? Vous faites bien ! Mais si vous les imitez, vous vous condamnez aussi comme eux, et pire même, parce que vous savez fort bien ce que vous faites, et le faites quand même.

Les médecins maudits des nazis, c'est eux que vous réclamez aujourd'hui ? Au nom de quoi ? Au nom de la dignité, bien sûr ! Pour permettre à ces pauvres épaves inutiles de mourir dans la dignité ! Or, c'est exactement les mêmes considérations qu'affichaient les nazis : ils tuaient les handicapés (jeunes ou vieux), les vieux, les malades, au nom de la dignité (de la race) et de l'utilité (pour la société), bref du colossal égoïsme qui reste toujours la bête tapie du premier meurtre. Bête tapie bien confortablement au fond du cœur de l'homme pécheur qui ne demande qu'à être un peu flatté, se laissant facilement « tromper » pour, à son tour, mentir à la conscience assoupie – et c'est « dans le sac » ! Le tout passera comme une lettre à la poste. Du moins pour l'instant.

Évidemment, quand ce sera votre tour, vous voudriez bien chanter une autre chanson – mais il sera trop tard ! Vous récolterez ce que vous aurez semé. Vous aurez dégradé toute l'humanité par vos paroles, par vos pensées dégradées !

Avec votre adulation de Leonetti, vous préparez un crime contre l'humanité. Un de plus !

Mais, ne voyez-vous pas que dans la loi Leonetti que vous soutenez, le meurtre est admis et pratiqué (lui-même le reconnaît) sauf que ce meurtre ne se fait pas par un acte mais par une criminelle omission : à la faveur d'une sédation, il s'agit bel et bien d'un meurtre par la soif que la sédation empêche de soulager et même d'exprimer !

Entre Dieu et l'idole, vous avez un choix à faire. Un choix public. L'Evangile vous en a prévenus. Allez-vous, lamentablement, imiter Pierre dans son reniement ? Et idolâtrer la politique de Leonetti qui autorise le meurtre par omission ?

Qui d'entre vous va maintenant se lever contre cette cruauté ?

Le Pape François, pourtant, ne cesse de condamner la société de déchet, la culture du jetable. Voyez-vous que votre silence sur le meurtre par omission désavoue publiquement ses paroles ? Et désavoue publiquement l'Evangile !

L'Evangile ordonne de donner à boire à celui qui a soif, à donner le verre d'eau au pauvre, à avoir pitié et prendre soin du voyageur à moitié mort, blessé et moribond, jeté au bord du chemin ! Le prêtre et le lévite ont été condamnés par le Maître. Parce qu'ils ont passé leur chemin. Pourtant, ils n'ont pas fait l'acte de tuer !

Ce n'est pas seulement « l'acte de tuer » qui est donc condamné par l'Evangile, mais aussi le meurtre par omission, par lâcheté, par égoïsme, par indifférence, par casuistique.

Et vous ? Vous vous situez en porte-à-faux par rapport à Celui dont vous êtes chargés de faire connaître le message ? Ce sera alors très gravement contribuer à faire voler la mort aux hommes de ces temps qui viennent.

Allez-vous préférer plaire aux hommes de votre temps plutôt qu'au Dieu Eternel et Véritable ?

 

un collectif de soignants et d’accompagnants