Communion de prière pour la Vie : "Jésus, Marie, protégez la vie " ! (ou toute autre prière à Dieu)

Pour vous inscrire, cliquez ici ! Nombre de priants : 4 206


 

Viviane Lambert implore un « face à face » avec le président de la République

par Gènéthique, 27/05/2015

La mère de Vincent Lambert, ce tétraplégique de 38 ans en état de « conscience minimale plus » dont le sort dépend d’un jugement de la CEDH qui sera rendu le 5 juin, a pour la deuxième fois envoyé un courrier au président de la République.

Elle veut « convaincre le président de la rencontrer et d’intervenir personnellement pour que son fils (…) soit transféré dans un autre service que celui de soins palliatifs où il est actuellement pris en charge à l’hôpital de Reims ».

« Vincent est aujourd’hui abandonné », écrit-elle au président, « pas de kinésithérapeute, pas d’orthophoniste, pas d’ergothérapeute… Il y a près de trois ans que Vincent est privé de tous ces soins. Il n’a même plus le droit de sortir de son lit pour être mis au fauteuil». « Cette situation de maltraitance, liée à la procédure judiciaire, n’a que trop durée », énonce-t-elle en soulignant la nécessité de « trouver des solutions à court terme ».

Elle déclare que « des unités d’accueil spécialisées (…) proposent à Vincent une place pour lui donner ces soins et attentions qui lui sont refusés à Reims », dont la maison de santé Bethel à Oberhausbergen, près de Strasbourg, dirigée par le professeur Bernard Jeanblanc. Celui-ci est un spécialiste des patients cérébro-lésés qui a toujours été au coté des parents pour le maintien en vie de Vincent Lambert (cf. Gènéthique Vous Informe du 5 mai 2015).

Le 5 juin, la CEDH se prononcera sur la validité ou la non-validité du jugement rendu par le Conseil d’Etat français il y a de cela presqu’un an qui ordonnait l’arrêt de l’alimentation et de l’hydratation artificielles dont dépendent la vie de Vincent Lambert (cf. Synthèse Gènéthique du 22 mai 2015).

« Mon fils est handicapé, pas en fin de vie ! » clame Viviane Lambert qui ajoute que « quelle que soit la décision de la CEDH, il n’est pas question de le laisser tuer en arrêtant son alimentation et son hydratation ».

Elle avait déjà envoyé, fin avril,  un courrier au Président. Ce dernier lui avait proposé de prendre contact avec le conseiller des questions médicales de l’Elysée, le professeur Olivier Lyon-Caen : « Sa lettre était très gentille, mais je veux le voir face à face », insiste-t-elle.

Voir aussi le livre de Viviane Lambert : "Pour la vie de mon fils"

Sources : genethique.org, Aujourd'hui (Christine Mateus) 27/05/2015