Communion de prière pour la Vie : "Jésus, Marie, protégez la vie " ! (ou toute autre prière à Dieu)

Pour vous inscrire, cliquez ici ! Nombre de priants : 3 945


 

par Benoit et moi, 16/01/2014

L'affaire Vincent Lambert

Depuis un accident de moto en septembre 2008, Vincent Lambert 37 ans est dans un état végétatif chronique dit «pauci-relationnel», avec une conscience minimale. Il bouge et ressent la douleur mais personne ne sait s'il «intègre correctement les informations sensorielles», précisent les médecins. Hospitalisé à l'hôpital Sébastopol de Reims, le patient est au centre d'un conflit familial. Son épouse et son frère assurent que Vincent refusait un maintien en vie artificielle, lors d'une première procédure collégiale réunissant les médecins en avril dernier, l'arrêt de son traitement alimentaire avait déjà été décidé. La mère de Vincent, accablée par la douleur, s'était alors déclarée scandalisée par cette décision. Elle avait alors saisi le tribunal administratif de Châlons-en-Champagne et obtenu du juge que les médecins reprennent l'accompagnement thérapeutique, en rétablissant l'alimentation et l'hydratation de son fils.

Benoît XVI, un certain Vendredi Saint

Evidemment, cela évoque les propos de Benoît XVI, lors de l'émission de télévision du Vendredi Saint 2011, que j'ai rappelés tout récemment. En fait, il ne se passe guère de jours sans qu'un sujet d'actualité nous renvoie aux paroles de Benoît XVI...

C'était la deuxième question, et l'animateur la présentait en ces termes:La deuxième question nous présente un calvaire, car nous avons une maman sous la croix de son fils. Cette maman est italienne et s'appelle Maria Teresa, et vous dit: «Sainteté, l'âme de mon fils Francesco qui est dans un état végétatif depuis le jour de Pâques 2009, a-t-elle abandonné son corps, vu qu'il n'est plus conscient, ou est-elle encore en lui?».

Réponse du Pape:
Bien sûr, son âme est encore présente dans son corps.
La situation, est un peu celle d'une guitare dont les cordes sont détruites et ne peuvent plus résonner. L'instrument qu'est le corps, est lui aussi fragile, il est vulnérable, et l'âme ne peut résonner, pour ainsi dire, mais elle est bien présente. Je suis aussi certain que cette âme cachée ressent en profondeur votre amour, même si elle n'en comprend pas les détails, les paroles, etc. Mais elle sent la présence d'un amour. Et c'est pourquoi votre présence, chers parents, chère maman, près de lui, chaque jour, durant des heures, est un véritable acte d'amour de grande valeur, parce que cette présence entre dans la profondeur de cette âme cachée et votre acte est ainsi également un témoignage de foi en Dieu, de foi en l'homme, de foi, disons, d'engagement pour la vie, de respect pour la vie humaine, y compris dans les situations les plus tristes. Je vous encourage donc à continuer, sachant que vous rendez un grand service à l'humanité par ce geste de confiance, par ce signe de respect de la vie, par cet amour pour un corps déchiré, une âme souffrante.

Note

En lisant sur wikipedia le bref résumé de l'affaire Englaro, on ne peut qu'être frappé par la similitude des circonstances et de l'angle d'attaque des pro-euthanasie:

"Eluana fut victime le 19 janvier 1992 d'un accident de voiture qui la laissa dans un état végétatif irréversible. À partir de 1999, témoignant qu'elle « aurait exprimé le désir de mourir, si elle devait tomber dans le coma », son père entreprend des démarches (surtout en 2004, après douze ans de coma) pour que son système d'alimentation artificielle soit débranché...."

Source : benoit-et-moi.fr