Communion de prière pour la Vie : "Jésus, Marie, protégez la vie " ! (ou toute autre prière à Dieu)

Pour vous inscrire, cliquez ici ! Nombre de priants : 3 783


 

Note du Cardinal Joseph Ratzinger, Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, au sujet de l'interdiction de communier à qui soutient l'euthanasie

(extrait du texte de 2004 destiné à la conférence des évêques des Etats-Unis contenant les "principes généraux" sur le thème "Etre digne de recevoir la communion")

(...)
2. L'Eglise enseigne que l'avortement ou l'euthanasie sont des péchés graves. L'encyclique "Evangelium Vitae", se référant à des décisions de justice ou à des lois civiles autorisant ou encourageant l'avortement ou l'euthanasie, établit qu'il existe "une obligation importante et précise de s'y opposer par l'objection de conscience. [...] Dans le cas d'une loi intrinsèquement injuste, comme celle qui admet l'avortement ou l'euthanasie, il n'est jamais licite de s'y conformer, ni de participer à une campagne d'opinion en faveur d'une telle loi, ni de voter pour elle" (n. 73). Les chrétiens "sont appelés, en vertu d'un grave devoir de conscience, à ne pas apporter leur collaboration formelle aux pratiques qui, bien qu'admises par la législation civile, sont en opposition avec la Loi de Dieu. En effet, du point de vue moral, il n'est jamais licite de coopérer formellement au mal. [...] Cette coopération ne peut jamais être justifiée en invoquant le respect de la liberté d'autrui ni en prenant appui sur le fait que la loi civile la prévoit et la requiert" (n. 74).

3. Les questions morales n'ont pas toutes le même poids moral que l'avortement ou l'euthanasie. Par exemple, si un catholique était en désaccord avec le Saint-Père sur l'application de la peine capitale ou sur la décision de faire la guerre, il ne serait pas considéré pour cette raison comme indigne de se présenter pour recevoir la sainte communion. L'Eglise exhorte les autorités civiles à rechercher la paix et non la guerre et à faire preuve de modération et de miséricorde dans l'application d'une peine aux criminels. Toutefois, il peut être permis de prendre les armes pour repousser un agresseur ou d'avoir recours à la peine capitale. Les catholiques peuvent légitimement avoir des opinions différentes sur la guerre ou la peine de mort, mais en aucun cas sur l'avortement et l'euthanasie.

Source : benoit-et-moi.fr