Communion de prière pour la Vie : "Jésus, Marie, protégez la vie " ! (ou toute autre prière à Dieu)

Pour vous inscrire, cliquez ici ! Nombre de priants : 4 233


 

du Père Luc Onambele, du diocèse d'Obala au Cameroun

Préface du Cardinal Robert Sarah, président du Conseil pontifical Cor Unum

Paru aux éditions de L'Harmattan, 14/04/2014

La loi naturelle est le fondement de toute rationalité publique. Tout discours relatif à la défense de la vie humaine en général et singulièrement à l'euthanasie devrait s'appuyer sur la loi naturelle, loi de Dieu à laquelle l'homme participe rationnellement pour éviter de tomber dans les pièges de l'arbitraire, des intérêts particuliers, de la manipulation des esprits et de la dictature de la majorité.

Dans un projet de société d'où la transcendance et la loi naturelle sont bannies, il reste le pouvoir de l'homme sur l'homme et la dernière instance normative de la société dans ce cas se limite à l'autonomie de la personne comprise comme exigence d'une liberté absolue n'ayant aucun lien avec la vérité objective. Dans un tel contexte, la souffrance, réalité de l'existence humaine, est censurée, rejetée et combattue surtout lorsqu'elle est insurmontable et que la perspective de la disparition du bien-être pointe à l'horizon. L'homme pense que la vie a perdu son sens et la tentation grandit en lui de la supprimer : c'est l'euthanasie.

Le regard tourné vers Jésus-Christ, «Évangile de vie et accomplissement de la loi naturelle», l'homme découvre la grandeur et la beauté du don de la vie qu'il a reçu du Créateur. Ainsi, peut-il alors la valoriser, la défendre et l'aimer dans n'importe quelles circonstances où cette vie se trouve accablée par la souffrance.