Communion de prière pour la Vie : "Jésus, Marie, protégez la vie " ! (ou toute autre prière à Dieu)

Pour vous inscrire, cliquez ici ! Nombre de priants : 4 233


POSITION DE L’ÉGLISE CATHOLIQUE

ET MÉMOIRE DES ÉVÊQUES CATHOLIQUES DU CANADA

SUR « LE FAIT D’AIDER QUELQU’UN À SE DONNER LA MORT »

Mémoire présenté par le Président de la Conférence des évêques catholiques du Canada au

Comité externe sur les options de réponse législative à Carter c. Canada

par Mgr Douglas Crosby, 19/10/2005, extraits

À titre d’évêques catholiques, notre discours s’inspire de la raison, du dialogue éthique, de nos convictions religieuses et du profond respect que nous avons pour la dignité de la personne humaine. Notre position s’appuie sur les milliers d’années de réflexion de l’humanité et sur les gestes que nous posons en tant que chrétiens à la suite de Jésus, qui a montré ce que c’est qu’aimer, servir et accompagner les autres. Sa réponse à la souffrance de l’autre a été de souffrir avec lui, et non de le tuer. Lui-même a accueilli la souffrance comme un chemin de don, de générosité, de miséricorde. Point n’est besoin d’être croyant pour reconnaître dans sa vie et ses gestes un exemple insigne d’humanité. Les valeurs de Jésus de Nazareth fondent notre position sur la question du suicide assisté. Le Canada n’a pas à craindre de faire siennes ces valeurs profondément humaines et vivifiantes. En effet, des valeurs semblables sont le fait non seulement d’autres chrétiens, mais aussi d’autres grandes religions et de bon nombre d’hommes et de femmes de bonne volonté sans affiliation religieuse. ...

À notre Assemblée plénière annuelle, en tant qu’évêques catholiques de notre pays, nous avons exprimé notre indignation devant la décision de la Cour suprême du Canada de créer un nouveau « droit constitutionnel » au Canada, le prétendu « droit » au suicide. Encore une fois, nous avons fait savoir notre consternation, notre profonde déception et notre complet désaccord avec la décision de la Cour. Le jugement légaliserait un geste jugé immoral depuis des temps immémoriaux : celui d’éliminer une vie innocente. Devant la terrible souffrance que peut engendrer la maladie ou la dépression, la réaction vraiment humaine devrait être de soigner, pas de tuer. ...

Les évêques catholiques du Canada rendent grâce pour les milliers d’hommes et de femmes de partout au pays qui viennent en aide aux autres par leur sollicitude et leur prière, dans les soins de santé, l’éducation et d’autres formes de service et de solidarité avec les pauvres et les marginalisés. Touchés par leur générosité exemplaire et par la façon dont ils protègent et promeuvent la dignité humaine dans de nombreux secteurs de notre société, nous tenons à confirmer la longue tradition des soins fournis aux personnes malades et vulnérables dans notre pays.

La réponse à l’angoisse et à la peur qu’éprouvent les gens au terme de leur vie, c’est de les accompagner, de leur offrir des soins palliatifs, et non de causer leur mort intentionnellement. Les besoins en soins palliatifs devraient préoccuper au plus haut point notre pays et ses institutions. C’est là-dessus que nos élus et le Comité externe devraient faire porter leur énergie et leurs efforts. Voilà pourquoi nous plaidons pour que des soins de longue durée, des soins à domicile et des soins palliatifs de grande qualité deviennent accessibles à tous les Canadiens et toutes les Canadiennes. ...

En tant qu’évêques du Canada, unis aux autres membres du clergé, aux membres de la vie consacrée et à nos fidèles catholiques, nous sommes convaincus que notre pays se doit de défendre et protéger la liberté de conscience des hommes et des femmes qui fournissent des soins. Il est inacceptable d’exiger d’un médecin qu’il tue un patient. C’est faire affront à la conscience et à la vocation des travailleurs de la santé que de leur demander de collaborer à la mise à mort intentionnelle d’un patient, ne serait-ce qu’en le dirigeant vers un collègue. Le respect qui est dû à nos médecins à cet égard doit s’étendre à toute personne engagée dans les soins de santé ou qui travaille dans les établissements de santé de notre société ainsi qu’à chacun de ces établissements. ...

Texte intégral :   small pdf Mémoire des Evêques du Canada

Source : cccb.ca