Communion de prière pour la Vie : "Jésus, Marie, protégez la vie " ! (ou toute autre prière à Dieu)

Pour vous inscrire, cliquez ici ! Nombre de priants : 4 206


 

Euthanasie : "On ne répond pas à l’intolérable par l’intolérable"

Alors que le premier Congrès francophone d’accompagnement et de soins palliatifs commence aujourd’hui, mardi 28 juin 2011 à Lyon, La Croix interroge le philosophe Fabrice Hadjadj sur la question de l’euthanasie, dont certains réclament la légalisation en France au nom de la "dignité" de chacun.

Il y a bien sûr un "droit de mourir dans la dignité", souligne Fabrice Hadjadj, mais il faut d’abord se demander : "qu’est-ce que la dignité ?" Utilisé "à toutes les sauces", le terme de "dignité" en vient à être vidé de son sens. Fabrice Hadjadj se dit "frappé par l’idée selon laquelle chacun serait seul juge de sa propre dignité. Comme si le sentiment de ma dignité ne dépendait nullement du regard des autres, comme si je pouvais être entièrement détaché de ceux qui m’entourent". La dignité est livrée à tous les caprices dès lors qu’elle est rendue totalement subjective : il est en effet "très facile de susciter chez quelqu’un le sentiment qu’il n’est plus "digne". [...] Imaginez une grand-mère souffrante ou un jeune homme paralysé, il est facile de les laisser penser qu’ils sont un poids et les pousser à demander qu’on les aide à mourir". Un danger d’autant plus grand dans une société gouvernée par l’efficience et le jeunisme. Légaliser l’euthanasie ne peut aboutir qu’à l’élimination des plus vulnérables et fragiles car en oubliant que la dignité humaine est inconditionnelle, il devient aisé d’extorquer des demandes de mort aux plus souffrants.

Les partisans de l’euthanasie évoquent la liberté de chacun pour justifier une pratique légale de celle-ci. Or, "quelle est la réalité du libre arbitre quand on souffre et qu’on est exclu, quand on n’a plus sa place ?" La volonté de la personne qui demande à mourir étant submergée par la douleur, peut-on "considérer qu’une demande ainsi arrachée est le signe d’une liberté lucide ?" En outre, l’objet de la demande vise la douleur et non l’élimination de soi-même : "on ne demande pas à être supprimé soi-même, mais que la douleur soit supprimée, ou du moins rendue supportable". Du côté du médecin qui aurait à euthanasier quelqu’un, la liberté n’est pas respectée non plus. Il serait doublement aliéné : en tant qu’homme, et en tant que médecin, le but de la médecine étant de soigner et non de tuer.

Si des personnes meurent encore dans des conditions déplorables en France, "on ne répond pas à l’intolérable par l’intolérable - en légalisant la mise à mort !", explique Fabrice Hadjadj. L’enjeu réel est ici de "supprimer les conditions de cet intolérable", ce qui passe par le développement de la recherche médicale pour combattre la douleur physique, la lutte contre l’acharnement thérapeutique, et surtout le soulagement de la douleur morale, car "c’est là la plus grande douleur : l’isolement, la désocialisation, la perte de sens..."

Le temps passé auprès d’un plus faible, d’un souffrant, est considéré comme "contre-productif" dans notre société de l’efficience, pourtant, "il nous ramène à l’essentiel". Certaines sociétés traditionnelles plaçait justement le mourant au centre de la vie du village "parce qu’il était perçu comme un éclaireur, alors que nous, bien au contraire, nous parquons les mourants pour ne pas les voir".

Nous avons pourtant toujours le choix, rappelle Fabrice Hadjadj, qui voit dans le développement des soins palliatifs et les initiatives de solidarité à l’égard des plus vulnérables, la capacité de l’homme d’expérimenter son être propre, comme être de communion. Dans les débats sur la mort, la société doit avoir l’ambition de faire surgir les questions fondamentales du sens de la vie et de la spécificité humaine.

Source : Revue de presse de  Genethique