Communion de prière pour la Vie : "Jésus, Marie, protégez la vie " ! (ou toute autre prière à Dieu)

Pour vous inscrire, cliquez ici ! Nombre de priants : 3 884


 

Une loi autorisant l'euthanasie est-elle souhaitable ?

par Blandine Proffit, L'est-éclair, 05/04/2013

D'ici à la fin du mois de mai, la ministre de la Santé proposera des mesures relatives à la prise en charge de la fin de vie. En attendant, nous avons ouvert le débat...

La loi Leonetti, relative aux droits des malades, est-elle de nature à répondre à toutes les problématiques relatives à la fin de vie ? Ou faut-il aller plus loin, et légaliser l'euthanasie ?

Dans les semaines qui viennent, lorsque le Comité consultatif national d'éthique aura rendu son avis, le Parlement aura à se prononcer sur une question que le candidat Hollande avait placée dans son programme. Dans sa proposition 21, celui-ci laissait entrevoir une ouverture en ce sens. Une position que le Président avait réitérée en décembre, après la remise du rapport de la commission de réflexion sur la fin de vie dirigée par le professeur Sicard.

En attendant que le sujet n'arrive sur les bancs de l'Assemblée, nous avons demandé l'avis des professionnels de santé et des représentants d'associations. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que sur cette question complexe, les avis sont partagés.

Des hommes « tuables »...

Il y a quelques années, le service des soins palliatifs du Comte-Henri s'est livré à une étude. Sur les 1 500 malades reçus par le service durant trois ans, trois seraient partis de manière « sereine », et trois auraient réclamé l'euthanasie. Or, pour Christian Gallopin, qui dirige ce service, la loi n'a pas vocation à régler les cas exceptionnels. « Il y a la jurisprudence, estime-t-il. Si on met en perspective l'ensemble des cas depuis la Seconde Guerre mondiale, aucune des personnes ayant pratiqué l'euthanasie dans des conditions exceptionnelles n'a été condamnée. »
Pour ce médecin, qui est également philosophe, la question est beaucoup plus complexe qu'il n'y paraît. Car derrière ce débat simpliste entre partisans et opposants se cachent des changements profonds dans l'organisation de notre société. Changements sur lesquels nous devrions plutôt nous interroger. « Légaliser l'euthanasie, c'est considérer qu'un certain nombre d'hommes sont ''tuables'' », observe Christian Gallopin.

Pour le philosophe, derrière cette conception binaire de l'homme tuable, par opposition à l'homme digne d'intérêt, il y a, sous-jacente, la question de la rentabilité, devenue la première - et peut-être la seule - « valeur » de notre société. « Dans cette nouvelle organisation, que faisons-nous des hommes non rentables ? Des malades ? des personnes âgées ? », s'interroge le médecin philosophe, lequel, dans une nouvelle*, entrevoyait un monde où des personnes, devenues trop âgées pour travailler, iraient se faire euthanasier de leur propre chef, à l'hôpital...

* Manifeste pour l'âge et la vie - Réenchanter la vieillesse. Michel Billé, Christian Gallopin, José Polard.

Source : lest-eclair.fr