Communion de prière pour la Vie : "Jésus, Marie, protégez la vie " ! (ou toute autre prière à Dieu)

Pour vous inscrire, cliquez ici ! Nombre de priants : 4 207


 

Le 3 janvier dernier, TenOfiv a publié un post au titre provocateur' 'Euthanasie et chocolat chaud" pour illustrer ce qui pourrait découler concrètement, au niveau hospitalier, d'une loi sur la 'mort choisie' en France :

"Dans ce débat qui anime notre société aujourd'hui, un élément n'est que peu évoqué et pourtant me semble essentiel à prendre en compte. Cet élément, c'est notre capacité d'adaptation. Notre capacité d'adaptation fait de nous de la pâte à modeler lorsqu'un traumatisme arrive. A la question posée à brûle pourpoint « que feriez vous si vous étiez atteint d'une maladie grave, incurable, génératrice de grosses souffrances? » et qu'une seule seconde est laissée pour répondre, tout le monde se projette en état de choc. Mourir paraît plus acceptable qu'imaginer tous les efforts à accomplir. Mais le temps est occulté de cette question, alors qu'il en est un élément fondamental".

"Que fait-on lorsque le chocolat que l'on boit est trop chaud et qu'on s'y est brûlé la langue? On s'y fait et on attend que le chocolat refroidisse. L'annonce d'une maladie grave relève du même mécanisme, toutes proportions gardées. Les hommes font le deuil d'une certaine vision d'eux-mêmes, et s'ajustent en fonction. Les capacités d'adaptation de l'être humain sont extraordinaires, tant qu'il lui est laissé le temps de les mobiliser, nous disposons de ressources insoupçonnées, alors faisons-nous confiance! Et elles ne concernent pas que les patients atteints, elles concernent aussi leur entourage".

"Alors évidemment, la pathologie grave fait peur. Évidemment, la perspective de perdre sa raison ou son autonomie dans les gestes de la vie quotidienne est une idée effroyable. Et la société a répondu à cette peur en laissant une illusion de choix, en laissant les gens penser qu'ils ont le contrôle de leur vie. Ce que je veux dire, c'est que personne ne décidera en état de choc."

"Allez projetons nous dans l'avenir, la loi pour l'exception d'euthanasie va être votée. Elle va susciter des débats, certes, mais devant l'écrasante majorité de l'opinion en sa faveur, les parlementaires vont pencher pour le oui. (...) Voilà, la majeure partie de la société est tranquillisée, et pense reprendre le contrôle de sa vie et de sa liberté, qu'elle imagine confisquées par le corps médical. Il a bon dos le corps médical, à la fois faiseur de miracles – on attend tout de lui dans toutes les sphères, pour toutes les expertises – et institution aveugle dont il faut se méfier comme si nous passions notre temps à comploter contre le commun des mortels.
(...)
"Ce qui est sûr c'est que le débat ne va pas s'arrêter, loin de là. De national, il va directement passer au niveau local et pratique. Parce que l'interdiction de l'euthanasie « protégeait » les structures de soins palliatifs, dans le sens où elle leur donnait du temps pour « prouver » aux patients le bénéfice des soins proposés (la majorité des gens imaginent toujours les unités de soins palliatifs comme des mouroirs déshumanisés). Mais, les choses vont changer, le débat va exploser et gagner toutes les structures en charge de patients, avec en première ligne les services de soins de suite pour pathologies invalidantes lourdes, et les unités de médecine palliative".

"Cette loi comporte une clause de conscience, personne n'est tenu de donner la mort, même dans le but de soulager une souffrance, alors elle oblige tous les services à se repositionner, à se réinterroger. (...) Je me souviens du témoignage de cette médecin belge, qui a procédé au transfert d'un patient de son unité qui ne pratiquait pas, à une autre qui la proposait. (...) Mais voilà, gros coup au moral, parce qu'elle était convaincue qu'elle pouvait encore donner à ce patient un temps de vie non négligeable. "

"Un même service peut-il proposer à la fois médecine palliative et euthanasie? Non. Ma réponse est lapidaire. Imaginez le tableau, deux patients atteints de la même pathologie, en chambres voisines, avec les mêmes symptômes, l'un des deux veut être euthanasié, l'autre non. Le grand écart est trop grand, la gymnastique à accomplir trop complexe. L'équipe ne pourra que bafouiller dans les deux prises en charge. Et mettons nous à la place du patient: intégrer une unité qui pratique l'euthanasie lorsqu'on ne la désire pas? La confiance, si difficile à gagner au début d'une prise en charge palliative terminale tant l'histoire est lourde, sera encore plus inatteignable. La tranquillisation des bien portants, car ce sont surtout eux qui demandent à disposer de ce choix en fin de vie, peut avoir comme conséquence de fragiliser ceux qui se trouvent en situation de se poser la question. La seule solution sera l'émergence de structures ou d'unités qui ne feront que ça (...). Et probablement que les structures de suicide assisté émergeront également, comme en Suisse. A moins que nous ne suivions l'exemple de l'Oregon, où tout se passe à domicile" [ndr, via la mise à disposition d'un cachet].

Source : Atlantico