Communion de prière pour la Vie : "Jésus, Marie, protégez la vie " ! (ou toute autre prière à Dieu)

Pour vous inscrire, cliquez ici ! Nombre de priants : 4 207


 

Publié le 2 novembre 2010 par Koz

Et voici notre bonne Toussaint, désormais flanquée d'Halloween et de la prétendue "journée mondiale pour le droit de mourir dans la dignité". Et voilà le marronnier, particulièrement de saison : l'euthanasie, et son sondage mortifère. Oublions la belle promesse de la Toussaint, nous ne débattrons plus désormais ces jours-ci que du nouvel élargissement de l'euthanasie. En ce 2 novembre, jour des morts, on peut désormais se souvenir qu'ils auraient tout de même pu partir plus tôt. Avec une petite aide de notre part...

Cette année, l'information se répand : 94% des Français sont favorables à l'euthanasie et l'ADMD - c'est un autre marronnier - "réclame un débat ». Nous ne serions donc que 6% à refuser que l'Homme puisse donner la mort légalement, techniquement, médicalement. L'adhésion serait "massive », les opposants presqu'inexistants, quasi insignifiants. C'est triste mais c'est évidemment insuffisant pour changer de convictions.

Je ne reprendrai pas ici mes positions, amplement développées dans mes précédents billets, mais il faut redire simplement qu'on ne doit pas se résigner à sanctionner l'indignité prétendue d'un Homme par la mort, que la France est parvenue à un compromis législatif (cf. point 12) largement ignoré des Français, y compris des soignants et qu'il n'y a pas lieu d'ouvrir ce nouveau débat, réclamé par les ultras de l'euthanasie.

Voilà mes quatorze bonnes raisons de m'opposer à l'euthanasie.

1. Une société ne rompt pas avec l'interdit de donner la mort sans conséquences. Cet interdit fondamental, commun à toutes les civilisations, à toutes les cultures, ne peut faire l'objet d'aménagements sans repousser, mécaniquement, plus loin les limites de la transgression.

2. Aucun Homme n'est jamais indigne. Face à certaines fins de vie, il faut peut-être parfois s'en convaincre mais un principe n'est jamais facile à tenir. Toute action sur la fin de vie devrait être fondée sur ce principe et non sur cette concession scandaleuse et littéralement délétère que ferait la société en admettant que certaines vies seraient indignes au point que seule la mort viendrait les rétablir dans la dignité. On admire Mère Teresa : elle soignait les lépreux, elle ne les achevait pas.

3. On n'assure pas la dignité d'un Homme en lui donnant la mort. On doit garantir la dignité dans la vie et non par la mort. Au prétendu droit de mourir dans la dignité1, il faut opposer le droit de vivre dans la dignité. Il n'y a pas d'autre choix concevable que d'être aux côtés de ceux qui se battent chaque jour pour assurer la dignité d'une personne mourante, plutôt que de ceux qui, de loin, préconisent l'injection.

4. L'euthanasie est une démission collective. Elle est l'ultime option d'une société qui a abandonné l'ambition d'être une société, une communauté qui prend soin des siens, une société qui a abandonné l'ambition d'assurer la dignité de ses mourants. Par l'euthanasie, elle tend à effacer, à supprimer, le problème, elle ne le traite pas.

5. L'euthanasie est le choix d'une société matérialiste, égoïste et individualiste, qui n'accepte pas la faiblesse, la fragilité. Elle cultive la jeunesse, la beauté, la fête, le corps. Le handicap lui fait horreur : il est éliminé ou éloigné. La mort terrifie ? Elle est cachée, elle est hâtée.

6. On prend un risque à accepter une demande de mort : celui qu'elle signifie autre chose. Nous frémissons tous à l'idée que l'on puisse exécuter un innocent et l'on se mobilise régulièrement contre cela. Nous devrions frémir aussi à cette idée : euthanasier quelqu'un qui ne le souhaitait pas véritablement. Souffrir et voir son corps ou son esprit se déliter : comment ne pas souhaiter que cela cesse ? Mais que souhaite-t-on voir cesser : la souffrance et le sentiment d'indignité ou la vie ?2 Tous nos efforts et toute notre ambition collective devraient porter à l'annihilation de la souffrance et à l'assurance de la dignité. On se fixe des objectifs ambitieux en bien des domaines, et on en atteint qui paraissent irréalistes, pourquoi baisserait-on les bras ici ?

7. Le choix est illusoire. Poser un vrai choix suppose qu'il existe une alternative, qu'on en connaisse l'existence et que cette alternative soit effective. Comme l'écrit Axel Kahn, ancien président du CCNE3, "réintroduire la dimension du libre arbitre exige de rétablir les paramètres d'une vie non seulement supportable, mais aussi désirable". Qui connait véritablement les soins palliatifs ? Qui s'est mobilisé pour que les soins palliatifs deviennent une réalité ? Il est en outre abusif de faire croire que l'on peut préjuger aujourd'hui de notre volonté en ce moment si spécifique et imprévisible que sera notre mort : ce que l'on pense aujourd'hui ne prendra vraiment sens que ce jour-là. Faut-il risquer de vivre alors que l'on aurait voulu mourir, ou de mourir alors que l'on voulait vivre ?

8. La mort est un moment à vivre. Marie de Hennezel, pionnière des soins palliatifs en France l'illustre pleinement dans La mort intime, par la mort de Jean, la mort de Marcelle, celle de Marie-France, et ce "ciao », d'une main. Si la mort pue peut-être encore davantage que celle qu'elle raconte, si elle peut-être parfois un cri de souffrance et de solitude, elle est aussi pour certains ce passage invraisemblable durant lequel le mourant se met en paix. Aussi insensé que cela puisse paraître, il faut ménager le temps de mourir. La mort ne doit pas être hâtée.

9. L'euthanasie est un choix de bien-portants pour des mourants. Trivialement : les décideurs ne sont pas les payeurs. Emmanuel Hirsch, président de l'Espace Ethique de l'AP-HP, et de l'ARSla, rappelait un soir que les personnes atteintes d'une SLA ne demandent pas la mort, mais des synthétiseurs vocaux. Or, qui se prononce dans ces sondages sinon des bien-portants, angoissés par la mort, terrifiés par la déchéance et intimement persuadés de l'indignité des hommes en fin de vie ? "Life may be worth living in a locked-in syndrom » : c'est le titre d'une étude européenne qui souligne que, même dans cette situation extrême, les malades évoquent encore une "qualité de vie ». Vraiment, pouvons-nous juger, dans l'absolu ou face à une situation concrète, de la dignité d'un état de vie ?

10. La demande de mort est extrêmement minoritaire. Avec Emmanuel Hirsch, Catherine Kiefer rappelait qu'en 10 ans d'exercice, elle n'avait connu qu'une demande d'euthanasie. Il y a aussi cette oncologue (spécialiste en cancérologie) qui rapporte à Rue89 qu'en 25 ans d'exercice, elle n'a pas connu de demande d'euthanasie qui dure. Les débats artificiellement entretenus et renouvelés par certains parasitent la réflexion. Faut-il bouleverser un fondement de notre vie sociale pour des cas peu fréquents, et que l'on peut grandement gérer ?

11. Autoriser l'euthanasie active portera un coup fatal au développement des soins palliatifs. C'est pourtant la seule solution d'une dignité véritable, et l'honneur d'une société. Ce développement est réclamé avec insistance par les praticiens (parmi lesquels Didier Sicard, ancien président du CCNE), mais il faut une volonté politique et sociale forte pour développer la démarche des soins palliatifs. Les soins palliatifs en hôpitaux demandent du temps, du personnel, de l'argent. Face à l'assurance d'une fin plus rapide, soulageant aussi ceux qui restent et les finances publiques, le recours à l'euthanasie sera-t-il vraiment sourcilleux ?

12. Nous avons dégagé une "voie française », largement ignorée des Français, qui continuent d'appeler de leurs vœux l'instauration d'une situation qui existe déjà. Depuis la récente loi Leonnetti, du 22 avril 2005, l'un des tous premiers articles du du Code de la Santé Publique, l'article L.1110-5, prévoit que les actes médicaux "ne doivent pas être poursuivis par une obstination déraisonnable » et que "lorsqu'ils apparaissent inutiles, disproportionnés ou n'ayant d'autre effet que le seul maintien artificiel de la vie, ils peuvent être suspendus ou ne pas être entrepris ». Ce même article prévoit que "dans ce cas, le médecin sauvegarde la dignité du mourant et assure la qualité de sa vie en dispensant les soins visés à l'article L. 1110-10 » - c'est-à-dire les soins palliatifs - ou encore que "les professionnels de santé mettent en oeuvre tous les moyens à leur disposition pour assurer à chacun une vie digne jusqu'à la mort ». Plus explicitement encore, l'article L. 1111-10 du Code de la Santé Publique dispose que "lorsqu'une personne, en phase avancée ou terminale d'une affection grave et incurable, quelle qu'en soit la cause, décide de limiter ou d'arrêter tout traitement, le médecin respecte sa volonté après l'avoir informée des conséquences de son choix ». Dans ce cas, l'article 1111-10 prévoit que "le médecin sauvegarde la dignité du mourant et assure la qualité de sa fin de vie en dispensant les soins visés à l'article L.1110-10 », lesquels "visent à soulager la douleur, à apaiser la souffrance psychique, à sauvegarder la dignité de la personne malade et à soutenir son entourage ». Au titre de ces soins, comme le décrit le guide "droit des malades et fin de vie »4, le médecin peut administrer une sédation, faisant perdre conscience au malade. Les Français ignorent la loi, en partie par manque de volonté politique. Les Français s'affirment favorables à une loi sur l'euthanasie, mais elle existe ! Connaissent-ils seulement ces dispositions ? 56% des sondés affirment que l'euthanasie ne devrait être possible que "dans certains cas ». Lorsqu'ils affirment ingénument qu'elle devrait être réservée aux "maladies insupportables [par opposition aux maladies cools ?] et incurables », connaissent-ils l'article L.111-10, applicable aux affections graves et incurable ? Sur les divers sites, les commentateurs fustigent l'acharnement thérapeutique. Savent-ils que cet acharnement est unanimement condamné, et clairement exclu par l'article L.1110-5 du Code de la Santé Publique ?Ainsi, les Français, non informés voire désinformés, ignorent ce qui figure dans la loi et appellent de leurs vœux ce qui existe déjà.

13. Nous n'échapperons pas, en France, aux dérives de l'euthanasie. Nous n'échapperons pas à cette prétendue compassion, un peu trop empressée. Nous n'échapperons pas non plus aux déviances de ces pays que l'on nous dit "en avance » : Pays-Bas, Belgique, mais également Suisse. Aux Pays-Bas et en Belgique, on en est venus à l'euthanasie des déments, des enfants, des dépressifs. En France, la dérive de l'ADMD est là, sous nos yeux, et sa finalité se cache sous des périphrases iréniques. Le droit de mourir dans la dignité était il y a vingt ans une demande de soins palliatifs. Il est devenu une demande de mort. Et l'ADMD milite aujourd'hui pour le suicide assisté. Aujourd'hui, la loi permet au malade qui souhaite mourir de faire interrompre son traitement et de se voir administrer une sédation. N'a-t-on pas atteint un point d'équilibre, voire de rupture ?

14. La fin de vie est instrumentalisée par une association manipulatrice et extrémiste. La fin de vie est simplifiée à outrance, réduite pour le grand public à une question d'injection, négligeant le mystère et l'inconnu. Les cas emblématiques (les affaires Humbert et surtout Tranois, Sébire ou encore Salvat) sont dramatiquement tronqués parce qu'ils sont, in fine, contre-démonstratifs (cf. notamment l'analyse d'Axel Kahn). Bien analysés, ils illustrent cruellement les dérives et déviances de l'euthanasie. Le fait d'en être réduit à utiliser des procédés malhonnêtes - malgré des sondages si favorables - devrait aiguiser l'esprit critique de l'opinion publique. En outre, alors que la loi consacre déjà le droit de faire interrompre un traitement et de se faire administrer une sédation, l'ADMD ne s'arrêtera que lorsque l'euthanasie active et le suicide assisté (hors de toute affection) seront légalisés. C'est le sens de la proposition de loi rédigée par ses soins, qui sera examinée le 16 novembre 2010 en faveur de l'"aide active à mourir". L'euthanasie passive existe déjà, mais l'ADMD tient à ce que le médecin administre directement la mort. Pour parvenir à ses fins, l'ADMD ment aux Français, en prétendant sans relâche - comme le fait encore Jean-Luc Romero ces jours-ci - qu'il faudrait aujourd'hui encore adopter une loi sur l'euthanasie et ouvrir un débat parlementaire, qui s'est tenu à de multiples reprises et a donné lieu à une loi dont l'évaluation en 2008 a conduit à l'établissement d'un rapport parlementaire.

On ne doit pas se résoudre à l'impuissance. On ne doit pas se résoudre à la trompeuse simplicité d'une injection létale. Pour être digne d'être appelée ainsi, notre société ne doit avoir d'autre objectif que de convaincre un Homme qui souffre, un Homme diminué, que sa vie a toujours un prix, que, quel que soit le regard qu'il porte sur lui-même, il est digne.

Source : koztoujours.fr