Communion de prière pour la Vie : "Jésus, Marie, protégez la vie " ! (ou toute autre prière à Dieu)

Pour vous inscrire, cliquez ici ! Nombre de priants : 3 757


 

Être vieux est donc une maladie honteuse !

José Meidinger, 16/03/2013

Dans les tuyaux du gouvernement, qui ne sait plus quoi inventer pour emmerder les automobilistes, voilà qu'il est question d'un autocollant que les seniors devraient arborer sur la lunette arrière de leur véhicule. C'est ce qui ressort d'un rapport commandé par le Premier ministre qui prépare une loi sur le troisième âge. Une « étoile vermeille » en quelque sorte, sous forme de « S », pour indiquer que les seniors de 75 ans ont dépassé l'âge « idéal » pour conduire. Comme si être « vieux » au volant était un handicap, une maladie honteuse ou un danger public. Une suspicion pour le moins vexatoire quand les statistiques de la Prévention routière indiquent que ces mêmes seniors sont impliqués dans moins de 10 % des accidents, alors que les juniors battent tous les records.

Les conducteurs « âgés » qui, par définition, ont de la bouteille, seraient plus prudents, rouleraient moins vite et ne feraient qu'exceptionnellement de longs déplacements. Ils sont en outre rarement accros à la « fumette » et ne prennent guère le volant en sortant éméchés de boîte de nuit, à quatre heures du matin. Leur permis de conduire est le plus souvent vierge du moindre point retiré et l'assurance de leur véhicule culmine généralement au maximum du bonus engrangé.

On ne comprend pas, dès lors, cette stigmatisation que les pouvoirs publics veulent infliger à nos aînés qui trustent souvent les diplômes et médailles de « conducteurs exemplaires » de la Prévention routière. Mais comme il faut toujours justifier les fausses « bonnes idées », les promoteurs de ce projet s'appuient sur l'exemple du Japon où un tel « affichage » est obligatoire après 75 ans, comme l'est chez nous la lettre « A » pour les conducteurs novices, quel que soit leur âge.

Tant qu'on y est, pourquoi ne pas « étiqueter », sur l'arrière de leur véhicule, les sexes respectifs des conducteurs, homme ou femme, les énarques, le corps enseignant, les fonctionnaires, les Lorrains, les chômeurs, les fumeurs au volant, les hébergeurs de chiens, les belles-mères, les beaufs, les gays, les célibataires, les sourds et un raton laveur... Chacun conduit son véhicule selon son expérience, son tempérament, quel que soit son âge. Au volant, comme dans la vie, il y a des vieillards de 40 ans comme il y a des « jeunes hommes verts » de 90 ans.

Dans le collimateur du gouvernement qui cherche à amputer leur retraite, les « vieux » en ont ras le bol de ce « racisme » discriminatoire, racisme de l'âge, d'une société où il faut être jeune, beau et riche de préférence, plutôt que vétéran, dinosaure antédiluvien et fier de l'être, évadé de Jurassic Park, mais « vert » comme Abraham, Déon, Picasso ou Charlie Chaplin... Ce n'est que lorsqu'on a atteint le sommet de la montagne, affirme le sage Khalil Gibran, que l'on peut commencer à grimper. Et ce n'est qu'avec la sagesse de l'âge que l'on sait vraiment maîtriser son véhicule !

Source : bvoltaire.fr