Communion de prière pour la Vie : "Jésus, Marie, protégez la vie " ! (ou toute autre prière à Dieu)

Pour vous inscrire, cliquez ici ! Nombre de priants : 3 783


 

Moi quand je serai démente je veux être aimée, pas tuée !

par Anne-Chantal ANDRE-DUMONT, étudiante, 01/07/2013

Vous savez ce qui me fait peur ? C'est de mourir démente. Et vous savez pourquoi ? Parce que dans le fond, j'ai peur... Pas peur de ne plus rien pouvoir contrôler, non. Je suis encore assez lucide aujourd'hui pour savoir qu'on ne contrôle jamais rien. Mais j'ai peur de ne plus aimer et ne plus être aimée. Et quand je pense aux personnes qui sont dans ce cas actuellement, j'ai envie de les serrer dans mes bras et de les aimer tellement fort !

A une telle situation, l'euthanasie n'est pas une réponse. Ce n'est pas de mort dont ces personnes ont besoin, mais d'amour. La seule réponse valable, celle dont elles ont – dont on a – besoin est l'amour !

Seulement comment faire en sorte que tous aient de l'amour ? Non seulement ces personnes ne sont pas rentables, mais en plus elles coûtent ! Alors pourquoi investir ?

Eh bien, parce qu'elles y ont droit. Comme vous, comme moi, elles ont aussi le droit d'être aimées, en vertu de ce qu'elles sont !

Du coup, moi je souhaite lancer un appel à l'humanité tout entière en visant tout spécialement notre Parlement qui travaille à l'extension de la loi : laissez parler votre cœur ! Ce n'est pas avec l'euthanasie que vous allez faire en sorte que le monde se porte mieux ! L'euthanasie ne va pas aider le monde dans la bonne direction.

Il est vrai que les soins ont un impact financier important, mais n'est-ce pas terrible de céder à des arguments purement économiques au lieu de laisser parler notre cœur ? Ils ont aussi contribué à faire avancer notre société, n'est-il pas normal de les aider quand elles en ont besoin ?

Ces personnes ont besoin d'amour, nous aussi. Aimons-les, soignons-les ! Tous nous pouvons y contribuer: encourageons-nous les uns les autres à visiter et à les aimer.

Source : euthanasiestop.be