Communion de prière pour la Vie : "Jésus, Marie, protégez la vie " ! (ou toute autre prière à Dieu)

Pour vous inscrire, cliquez ici ! Nombre de priants : 4 206


 

La valeur de la vie

de Guillaume Goubert

On est saisi d’un tremblement au moment d’écrire à propos du cas de Vincent Lambert. Qui peut dire comment il réagirait s’il était confronté à une situation de ce type dans son entourage ? Personne n’a le droit de juger les motivations de ses proches, qu’ils soient favorables à la poursuite de sa vie ou, au contraire, estiment préférable d’y mettre fin. La situation est trop douloureuse pour que l’on se permette, de l’extérieur, de dire qui a raison et qui a tort. Tout au plus peut-on penser que, en présence d’un désaccord aussi profond au sein d’une famille, il paraît préférable de ne pas prendre une option irréversible.

Au-delà du cas de Vincent Lambert, la question que nous devons sans cesse nous poser est celle de la valeur de la vie. Qui est en droit de juger que telle ou telle vie mérite ou non d’être vécue ? La question se pose en toutes circonstances mais plus encore lorsque le principal intéressé n’est pas en mesure de s’exprimer. Il est impossible dans un tel domaine de poser des règles valables pour toutes les situations. Il est impératif de lutter sans hésitation contre la souffrance, aussi bien physique que psychique. Mais il s’agit là de prendre soin, non de mettre fin.

Écoutons ceux qui ont des proches victimes de lourdes lésions cérébrales. Prêtons attention à ce que disent les parents d’enfants atteints de handicaps mentaux. Aucun ne minimise la charge que cela représente, la douleur que cela induit. Mais très nombreux sont ceux qui expriment leur attachement indéfectible à la relation qui unit, à la vie qui persiste. L’honneur d’une société comme la nôtre est de ne rien faire qui puisse dévaloriser cet engagement, discréditer cette fidélité envers des personnes qui continuent à faire partie de la communauté humaine.

Source : La Croix